Le 23 mars, le vote pour Clamart c’est :

Pierre RAMOGNINO « ENSEMBLE POUR CLAMART » 

 

Le parti communiste de Clamart souligne l’importance de choisir dès le premier tour le vote utile afin de continuer le travail fait depuis 2001 dans tous les domaines qui ont façonné le nouveau visage de Clamart et pour éviter la libéralisation massive de constructions et la rupture sociale que Jean Didier Berger appelle de ses vœux. Le  dispersement des voix de gauche, s’il manifeste une pluralité et un dynamisme, constitue un véritable risque de laisser les clés de la ville à l’UMP. Ne nous laissons pas surprendre comme en 2002 : c’est l’intérêt et l’avenir de toute une population qui en dépend. N’attendez pas le 2ème tour         

Habitants de Clamart de longue date ou arrivés récemment, nous sommes nombreux à être très attachés à notre commune, son aspect agréable, son vivre ensemble convivial. Depuis 13 ans grâce à l’action de Philippe Kaltenbach et son équipe, Clamart s’est modernisé tout en conservant son aspect de « Village aux portes de Paris », par la construction de crèches accueillantes, d’équipements de proximité, la mise en place d’animations festives renouvelant le vivre ensemble, d’installations sportives performantes, ou encore la reconstruction d’écoles flambant neuves. La liste est longue et une bonne santé financière de la commune accompagne cet impressionnant résultat  

Et pourtant que voit-on ? L'utilisation des peurs et la propagation de rumeurs de la part de responsables politiques qui n'ont rien à dire de clair et de crédible sur leurs projets ! Rien ne nous révolte plus en politique que d’observer un des fleurons de ce type de politiciens, et il suffit malheureusement de faire un tour sur le site du candidat UMP Jean-Didier Berger pour le voir. La politique, c'est-à-dire, être au service d’un pays et de son peuple pour faire vivre au quotidien la devise de notre République : liberté, égalité, fraternité, appelle de la part de ceux qui s’y consacrent le sens de l’intérêt général et la clarté sur les objectifs. Ces critères manquent au tenant de l'UMP local. 

Pourtant les maires successifs de Clamart, au-delà de leurs différences politiques, ont tous eu à cœur l’intérêt supérieur de notre commune et Pierre Ramognino s’inscrit dans cette longue tradition de maires authentiquement clamartois. Alors comment expliquer cette incroyable cécité du candidat UMP ?  

Oui, la ville a vu une amélioration considérable de son offre de services, mais parler de densification et de bétonisation en matière de logements est une aberration ridicule qui saute aux yeux de tout citoyen. D’ailleurs les efforts en faveur du logement social doivent être poursuivis, afin d’aider tous les Clamartois qui en ont besoin, de génération en génération, à rester sur leur ville dont les prix ont flambé comme dans toute l’Ile-de-France.  Si  l’outrance et l’affabulation étaient des vertus cardinales, l’UMP de Clamart pourrait s’enorgueillir de la devise « Plus le mensonge est  gros, mieux il passera ». 

Malheureusement, force est de constater que le candidat de droite est non seulement dans une grossière affabulation, mais qu’en réalité il est résolu à faire exactement ce qu’il dénonce, à profondément changer notre ville, et qu’il en a l’expérience et les compétences, acquises comme directeur de la société SEMPRO, c’est-à-dire la société d’économie mixte qui a bétonné la ville du Plessis Robinson (+31% d’habitants de 1999 à 2013, alors que Clamart n’augmentait que de 9%, soit moins que la moyenne du 92).

La solidarité comme cible        

Puis le lancement de la campagne un large travail citoyen s’est construit afin de répondre aux besoins de tous et d’éveiller les responsabilités de chacun. Pour que notre département, le plus riche de France, devienne le plus solidaire, Pierre RAMOGNINO et la liste ENSEMBLE POUR CLAMART seront de nouveau au contact des Clamartois pour leur proposer un programme axé sur la solidarité et le vivre ensemble,  tourné vers l’avenir et dans la recherche des meilleures propositions pour continuer d’améliorer la vie quotidienne des habitants. 

Ce sera notamment le cas avec un Centre Communal d’action sociale (CCAS) qui propose de créer encore de nouvelles animations pour les aînés, qui préconise également le développement de réseaux d’échanges et de services bénévoles entre les habitants, et plus de démarches d’accompagnement. Et qui veillera à accroitre la coordination associative et conforter les nombreuses initiatives déjà existantes pour répondre aux attentes et besoins des personnes concernées.

Approfondir la démocratie locale         

 Un domaine qui a émergé pendant les deux mandats, et qui n’existait pas en 2001, c’est la démocratie locale. Avec la création en 2002-2003 des quartiers et de leurs délégués puis conseillés, la municipalité a instauré un travail collaboratif que le Parti Communiste veut approfondir et transformer en démocratie de participation, où les habitants auraient la possibilité d’influer plus nettement sur les actions à poursuivre. Des moments comme le vote pour la localisation de la piscine ont ainsi initié ce type de travail, où les avis des habitants ne sont plus seulement consultatifs, mais portent un véritable pouvoir de choix. D’autres décisions pourraient être ainsi mises en débat et arbitrées avec la voix citoyenne. 

Continuer les efforts en direction de la petite enfance et de l’enfance         

 l’heure où la société française subit de graves difficultés économiques, avec un chômage élevé, touchant notamment les jeunes les moins éduqués et les femmes, il est du devoir des communes de se demander de quelle façon elles peuvent agir. Parmi les axes fondamentaux pour lutter contre l’exclusion que créent les inégalités sociales, les actions en direction de la petite enfance et de l’enfance sont primordiales, avec la certitude que les inégalités commencent au berceau, et que le système éducatif actuel n’est malheureusement pas armé pour les compenser. C’est pourquoi il est important de continuer à investir dans la petite enfance dans les quartiers de population modeste où la dimension éducative et notamment le langage, doivent être plus développés dans les crèches. Bien sûr, il faut également continuer les efforts dans les quartiers où l’offre est insuffisante comme le bas Clamart. De même, en collaboration avec les expériences les plus innovantes menées dans le scolaire, il est important qu’une ville comme Clamart, au cœur des enjeux économiques de l’Ile-de-France, puisse apporter sa pierre à l’édifice de formation innovante des jeunes générations qui demain feront le dynamisme de la France.

 

Une fois encore, prenons la mesure de l’intérêt  que nous avons à gagner dès le premier tour le 23 mars !

 

Rejoignez-nous et votons  Pierre  RAMOGNINO avec la liste  « ENSEMBLE POUR CLAMART »